Accueil > Ressources > Dossiers rousseauistes > Citations de Jean-Jacques Rousseau

Citations de Jean-Jacques Rousseau

1- L'homme est né libre, et partout il est dans les fers

Du contrat social, livre 1


2- Le plus fort n’est jamais assez fort pour être toujours le maître, s’il ne transforme sa force en droit et l’obéissance en devoir.

Du contrat social, livre 1


3- Ou le luxe est l'effet des richesses, ou il les rend nécessaires ; il corrompt à la fois le riche et le pauvre, l'un par la possession, l'autre par la convoitise

Du contrat social, livre 3


4-Tant que le luxe règnera chez les grands, la cupidité règnera dans tous les cœurs et s'il faut être riche pour briller la passion dominante sera d'être riche

Considérations sur le gouvernement de Pologne, chapitre 3


5-J’avais vu que tout tenait radicalement à la politique et que, de quelque façon qu’on s’y prit, aucun peuple ne serait jamais que ce que la nature de son gouvernement le ferait être

Confessions, livre 9


6- Le premier qui ayant enclos un terrain, s'avisa de dire « Ceci est à moi » et trouva des gens assez simples pour le croire, fut le vrai fondateur de la société civile.

Discours sur l’inégalité, 2nde partie


7- Vous êtes perdus, si vous oubliez que les fruits sont à tous, et que la terre n'est à personne.

Discours sur l’inégalité, 2nde partie


8-Nos premiers maîtres de philosophie sont nos pieds, nos mains, nos yeux.

Emile, ou de l’éducation, livre 2


9-Nous commençons à nous instruire en commençant à vivre

Emile, ou de l’Education, livre 1


10- Les hommes ne sont naturellement ni rois, ni grands, ni courtisans, ni riches. Tous sont nés nus et pauvres, tous sont sujets aux misères de la vie, aux chagrins, aux maux, aux besoins, aux douleurs de toute espèce

Emile, ou de l’éducation, livre 4


11- Les plantes semblent avoir été semées avec profusion sur la terre comme les étoiles dans le ciel pour inviter l’homme par l’attrait du plaisir et de la curiosité à l’étude de la nature

Rêveries du promeneur solitaire, 7e promenade


12-Justice et vérité, voilà les premiers devoirs de l’homme

Lettre à d’Alembert, préface


13-Il n'y a que des âmes de feu qui sachent combattre et vaincre. Tous les grands efforts, toutes les actions sublimes sont leur ouvrage ; la froide raison n’a jamais rien fait d’illustre

Julie, ou la Nouvelle Héloïse, 4 ème partie, lettre 12


14- Les hommes sont pervers ; ils seraient pires encore, s’ils avaient eu le malheur de naître savants

Discours sur les sciences et les arts, 1ère partie 


15- On n’ose plus paraître ce qu’on est

Discours sur les sciences et les arts, 1ère partie


16- Que deviendra la vertu quand il faudra s'enrichir à quelque prix que ce soit ?

Discours sur les sciences et les arts, 2nde partie


17- Un corps qui souffre ôte à l’esprit sa liberté

Lettre à Malesherbes du 26 janvier 1762


18 -Vous ne parviendrez jamais à faire des sages si vous ne faites d’abord des polissons.

Emile, ou de l’Education, livre 2


19 - Il n’y a point de bonheur sans courage, ni de vertu sans combat.

Emile, ou de l’Education, livre 5


20 - L’âme résiste bien plus aisément aux vives douleurs qu’à la tristesse prolongée.

Julie, ou la Nouvelle Héloïse, 1ère partie, lettre 25


 

Haut de la page