Accueil > Ressources > Dossiers rousseauistes > Chronologie générale de la vie de Jean-Jacques Rousseau
Frontispice des Confessions éditées par Launette et illustrées par Leloir, 1889.Musée Jean-Jacques Rousseau-Montmorency

Chronologie générale de la vie de Jean-Jacques Rousseau

1712 : Le 28 juin, naissance à Genève de Jean-Jacques Rousseau, fils d’Isaac Rousseau, horloger,  et de Suzanne Bernard qui décède 10 jours plus tard.

1722 : Isaac Rousseau se querelle avec l’ancien capitaine de l’électeur de Saxe et doit quitter Genève. Il confie son fils à son beau-frère Gabriel Bernard. Jean-Jacques Rousseau est alors placé en pension avec son cousin Abraham Bernard chez le pasteur Lambercier à Bossey. Il découvre les plaisirs de la campagne.

1724 : Jean-Jacques Rousseau retourne à Genève comme apprenti greffier puis apprenti graveur. 

1728 : En constante opposition avec son maître-graveur, Rousseau quitte Genève. Il est accueilli par M. de Pontverre, curé de Confignon qui lui propose de l’introduire auprès de Mme de Warens à Annecy s’il accepte de se convertir au catholicisme.

Le dimanche 21 mars, jour des Rameaux, Jean-Jacques Rousseau rencontre Mme de Warens à Annecy. Il part à Turin pour être baptisé puis retourne vivre auprès d’elle.

1731 : Jean-Jacques Rousseau et Mme de Warens s’installent à Chambéry.

1736 : Mme de Warens et son protégé emménagent aux Charmettes, maison de campagne un peu en retrait de Chambéry. Le jeune homme goûte aux plaisirs champêtres et se passionne pour l’étude de la musique.

1742 : Rousseau monte à Paris pour présenter un système de notation musicale chiffré à l’Académie des sciences. Ce projet est refusé.

1743 : Il devient secrétaire de l’ambassadeur de France à Venise.

1744 : De retour à Paris, il rencontre Thérèse Levasseur et fréquente Diderot.

1745 : Il est secrétaire de Mme Dupin, il se lie d’amitié avec Dupin-Francueil, amant de Mme D’Epinay.

1750 : Il obtient le premier prix de l’Académie de Dijon pour son Discours sur les sciences et les arts et provoque une forte polémique.

1752 : Il compose le Devin du village, intermède musical présenté à Fontainebleau devant Louis XV, c’est un succès.

1753 : Maurice-Quentin de La Tour expose au Salon de peinture et de sculpture le portrait Jean-Jacques Rousseau, citoyen de Genève.

1755 : Publication du Discours sur l’origine et les fondements de l’Inégalité, nouvelle polémique, notamment avec Voltaire.

1756 : Rousseau quitte Paris pour Montmorency et s’installe le 9 avril à l’Ermitage avec Thérèse Levasseur et la mère de celle-ci. La maison lui est offerte par Mme d’Epinay.

Il entame la rédaction de la Nouvelle Héloïse.

Il publie la Lettre sur la Providence en réaction au poème de Voltaire sur le désastre  provoqué par le séisme de Lisbonne : nouvelle polémique.

1757 : Le 15 décembre, après avoir définitivement rompu ses liens d’amitié avec Mme d’Epinay, Jean-Jacques Rousseau et Thérèse Levasseur emménagent au petit Mont-Louis à Montmorency.

1758 : Rousseau écrit la Lettre à d’Alembert sur les spectacles et s’oppose au clan des philosophes.

1761 : Publication de la Nouvelle Héloïse, c’est un succès d’édition sans précédent.

1762 : Parution de L’Emile ou de l’éducation et Du contrat social, le premier est condamné par le Parlement de Paris, le second par le Conseil de Genève. Rousseau s’enfuit de Montmorency le 9 juin et se réfugie en Suisse à Yverdon, puis à Motiers. Il est rejoint par Thérèse Levasseur.

1765 : La maison de Motiers est lapidée, Rousseau s’enfuit à l’Ile Saint-Pierre sur le lac de Bienne mais il en est expulsé.

1766 : Il séjourne en Angleterre avec Thérèse chez le philosophe Hume et commence la rédaction des Confessions.

1767 : Dispute avec Hume, Rousseau rentre en France et voyage sous un faux nom entre Trie-Château et Lyon.

1770 : Retour à Paris : il fait des lectures publiques des Confessions.

1772- 1776 : rédaction des Dialogues qu’il tente de remettre à la Providence sur l’autel de Notre-Dame mais la grille étant fermée, il confie son manuscrit à Condillac.

1778 : Il travaille sur les Rêveries du promeneur solitaire, restées inachevées. Après l’attaque d’un chien, il préfère s’éloigner de la capitale et accepte l’invitation du marquis de Girardin à séjourner au parc d’Ermenonville. Le philosophe arrive le 20 mai mais décède le 2 juillet. Il est inhumé au cœur du parc sur l’Ile des Peupliers.

1794 : Le corps de Rousseau est transféré d’Ermenonville à Paris. Un grand cortège suit sa dépouille qui séjourne une nuit à l’Ermitage de Montmorency. Après une présentation au peuple dans le jardin des Tuileries, le corps entre au Panthéon le 11 octobre. Jean-Jacques Rousseau repose dorénavant face à Voltaire.

Haut de la page