Accueil > Actualités - Conférences > Rousseau était-il misogyne?

Rousseau était-il misogyne?

Rousseau était-il misogyne ? A en croire l’intéressé, son amour du beau sexe allait jusqu’à l’excès.  C’est pourtant cette accusation que portèrent contre lui à la fois certains critiques littéraires, nombre de penseurs féministes et plusieurs magazines féminins.

« Il paraît, écrit au philosophe défunt Annie Leclerc, une des rares féministes contemporaines à s’avouer rousseauiste, que tu rabaissais les femmes plus bas que terre. Qu’elles n’étaient selon toi bonnes à rien sinon à plaire à leurs maris, à les servir fidèlement sans rechigner, à élever leurs enfants et à bien tenir leur maison. […] On m’en donnait pour preuve deux ou trois phrases extraites du livre V de l’Emile, toujours les mêmes, et que l’on pouvait trouver mentionnées dans les diverses anthologies des propos misogynes ou phallocrates […]. Tout ce que je gagnais à vouloir expliquer ta vision des choses étaient qu’on se mettait à me regarder de travers, à me suspecter d’obscure complicité misogyne… ».

Les phrases en question, il est vrai, n’ont pas fini d’émouvoir. Encore faut-il les replacer dans leur contexte historique comme aussi dans l’ensemble de l’œuvre du penseur ; encore faut-il aussi se demander si ce qui passa souvent pour un modèle normatif de la féminité ne doit pas être envisagé dans sa dimension essentiellement mythique.

Conférence présentée par Christine Hammann, maître de conférences à l'université de Mulhouse, agrégée de Lettres Classiques et Docteur en Lettres, auteur d'un livre paru cette année aux Classiques Garnier : Déplaire au public : le cas Rousseau

Samedi 17 novembre 2012 à 17h.salle Lucie Aubrac, place du Château Gaillard à Montmorency.

Gratuit, dans la limite des places disponibles.

Renseignements:  01-39-34-95-28

 

 

 

Haut de la page