Accueil > Collections > Oeuvres phares > Discours sur l'origine et les fondemens de l'inégalité parmi les hommes par Jean Jacques Rousseau citoyen de Genève

Discours sur l'origine et les fondemens de l'inégalité parmi les hommes par Jean Jacques Rousseau citoyen de Genève

Jean-Jacques Rousseau

Discours sur l'origine et les fondemens de l'inégalité parmi les hommes par Jean Jacques Rousseau citoyen de Genève

Amsterdam : Marc Michel Rey, 1755

Tirage princeps de l'édition originale in-8° comportant à la page 11 l'accent aigu ajouté à la plume par l'éditeur sur le mot « conformé ».

Exemplaire corrigé et annoté par Rousseau en vue d'une deuxième édition. Ces corrections ne seront prises en compte qu'en 1782 dans l'édition de Genève.

Inv. 2003.0.12

En novembre 1753, Rousseau s'empare de la question de l'Académie de Dijon sur un thème qui lui tient à cœur : « Quelle est la source de l'inégalité parmi les hommes et si elle est autorisée par la loi naturelle ».

S’isolant dans la forêt de Saint-Germain, Rousseau y imagine l'homme naturel, débarrassé des scories de la civilisation, pour remonter à l'origine des sociétés humaines.

Cet homme à l'état de nature est essentiellement occupé à se préserver, à se nourrir, à se protéger du froid... Il est animé par des passions primitives, l’amour de soi et la pitié qui dégénèrent à l’état social. Le passage à la vie civile suscite en effet les désirs contraires de distinction, de possession et de domination.

En août 1754, Rousseau reprend la religion calviniste de son enfance et recouvre donc ses droits de citoyenneté. Son Discours achevé, le philosophe peut donc signer "Jean Jacques Rousseau citoyen de Genève" et le dédicacer à la République de Genève.

Cette année marque également les débuts d'une longue et houleuse collaboration avec son éditeur Marc Michel Rey. Rousseau, inquiété par les rumeurs qui lui viennent de Genève, lui donne pour consigne « de garder sur cet écrit le plus profond secret » (lettre du 17 novembre 1754). Il est également exaspéré par les lenteurs de l'édition et l'absence de réponses à ses missives (lettres du 8, du 16, du 17 et du 22 novembre 1754).

Les traits de plume rayant le nom de Rey sur la page de titre de l'exemplaire conservé à Montmorency laissent à penser que Rousseau songe à changer d'éditeur pour l'édition des Œuvres complètes.

Feuilletez l'integralité de l'ouvrage ci dessous

Haut de la page